Le groupe > Présentation > Historique

Historique  

Une longue histoire commune

La longue histoire de l’hôpital et des résidences prend racine dès le 17ème siècle.


L’histoire de l’hôpital et des résidences des collines vendéennes est riche et fort longue puisque l’on retrouve trace, dès 1648, de deux établissements destinés à l’accueil des malades et des déshérités, une maladrerie et une Maison Dieu. Puis en 1696, un habitant fortuné de la cité fait don d’une maison dans l’espoir qu’elle serve à héberger et soigner gratuitement les nécessiteux. Elle sera appelée par la suite hôpital.

Deux siècles plus tard en 1851, des bâtiments donnés par le bureau de bienfaisance de La Châtaigneraie servent à créer un nouvel hôpital. Une rente annuelle de 1200 francs lui est attribuée par Madame Savary de Beauregard et ses enfants. Les soins y sont assurés par la communauté des sœurs de la Sagesse, remplacées en 1898 par du personnel laïc.

Entre 1880 et 1886, Célinie Morin de Banneville, Comtesse d’Asnières, créé et dote un hospice à Saint Pierre du Chemin.

En 1908, l’état de vétusté de l’hôpital à La Châtaigneraie amène le conseil municipal à voter la reconstruction complète du bâtiment. Pendant la première guerre mondiale, il accueille des blessés et entre 1939 et 1945, une maternité et des réfugiés. Durant l’entre deux guerres, l’établissement fonctionne davantage comme un hospice. Il reçoit des enfants abandonnés ou handicapés, des vieillards et des infirmes.

En 1960, les jeunes femmes accueillies au sein de l’hôpital à La Châtaigneraie sont transférées dans une autre propriété léguée à l’établissement par un notaire, Maître Arnaud. Elle deviendra par la suite la Résidence du Pré Bailly.

En 1968, l’hospice de Saint Pierre du Chemin, en partie dévasté par un incendie en 1963, est rattaché à l’hôpital de La Châtaigneraie pour créer l’Hospice Maison de Retraite Intercommunal de La Châtaigneraie et de Saint Pierre du Chemin.

En 1970, le bâtiment situé à Saint Pierre du Chemin sera restauré pour accueillir lui aussi des jeunes femmes provenant d’hospices environnants.

En 1979, les locaux de l’ancien Hospice de La Châtaigneraie sont reconstruits avenue du Maréchal Leclerc et prennent l’appellation de Maison de Cure.

En 1987, l’Hospice Intercommunal se scinde en deux entités juridiques :
  • le Centre de Long et Moyen Séjour de La Châtaigneraie, établissement sanitaire de 120 lits,
  • le Foyer Intercommunal pour Adultes Handicapés de La Châtaigneraie et de Saint Pierre du Chemin, établissement médico-social de 107 lits, répartis sur deux sites distants de 7 Km, la Résidence du Pré Bailly et la Résidence Comtesse d’Asnières.


En 1994, un projet de restructuration du Foyer Intercommunal pour Adultes Handicapés est élaboré. Il sera concrétisé à Saint Pierre du Chemin en juin 1996, avec une augmentation de 60 à 90 lits, l’installation de la mixité et la création d’une unité accueillant des personnes handicapées vieillissantes.
À La Châtaigneraie, les travaux de rénovation et d’agrandissement seront lancés en parallèle, avec une petite augmentation de 47 à 50 lits et l’instauration de la mixité : 20 places d’accueil de jour sont par ailleurs créées, mais elles ne seront que très progressivement installées au cours des années suivantes.

En 1995, le Centre de Long et Moyen Séjour acquiert le statut d’Hôpital Local et le Foyer Intercommunal pour Adultes Handicapés l’appellation de Centre d’Accueil pour Adultes Handicapés.

En décembre 2005, une direction commune aux deux établissements est créée. Les deux Conseils d’Administration conviennent de garder le même Directeur et d’appuyer le fonctionnement sur des services logistiques communs.

Fin 2008, le grand chantier qui s’était ouvert pour l’Hôpital Local fin 2004 s’achève. Une opération d’extension et de restructuration du cadre architectural, qui comprenait la construction de 3 160 m², soit trois nouveaux bâtiments et la rénovation de 1 009 m² d’existant.

En 2010, l’hôpital traduit sa nouvelle ambition par une nouvelle identité : un nouveau nom et un nouveau logo. Avec la concrétisation des projets d’extension du Centre d’Accueil pour Adultes Handicapés, c’était également l’occasion d’intégrer dans cette démarche les résidences des collines vendéennes, nouvelle appellation, et ainsi, valoriser un ensemble sanitaire et médico-social de près de 300 lits et 30 places d’accueil de jour sur le territoire des collines vendéennes. Cette nouvelle identité visuelle est conceptualisée autour de deux logos qui respectent les personnalités et les missions de chaque structure, mais qui s’unissent pour former celui du groupe public hospitalier et médico-social des collines Vendéennes.

En 2012 : l’Hôpital reprend la gestion de l’EHPAD résidence les Collines de Pouzauges par une convention de gestion. 

En 2014 : une Direction commune est mise en place avec le CHD vendée, le CH des Sables d’Olonne et le CH de Fontenay le Comte. 

En juin 2014, l’établissement ouvre la Maison Bleue avec 6 places d’accueil de jour Alzheimer. 

1er janvier 2015 : L’Hôpital et les Résidences fusionnent : un seul établissement : le Groupe public Hospitalier et médico-social des collines vendéennes qui fonctionne avec 4 pôles : fonctions support, sanitaire, médico-social handicap et santé mentale et médico-social personnes âgées. 

Janvier 2016 : l’Accueil de jour pour personnes handicapées déménage sur la Résidence du Pré Bailly à La Châtaigneraie. Il dispose de 24 places. 

Avril 2016 : l’ARS autorise l’établissement à ouvrir 10 lits d’hébergement temporaire EHPAD. 

1er juillet 2016 : le Groupe des Collines vendéennes signe la convention constitutive du Groupement Hospitalier de Territoire de Vendée et intègre le GHT. 

Décembre 2016, le Groupe des Collines vendéennes crée une Equipe Mobile de Médicalisation pour personnes handicapées vieillissantes.

L’équipe mobile de médicalisation (EMM) intervient auprès des structures accueillant des personnes handicapées vieillissantes (âgées de 45 ans minimum au moment de l’admission) et dont les besoins en soins liés au vieillissement nécessitent la mise en œuvre d’un plan de soins coordonné.

Ces personnes sont :

· principalement des résidents de Foyer de Vie en attente d’une place en Foyer d’Accueil Médicalisé,

· mais aussi des personnes accompagnées à domicile par un SAVS en attente d’une place en SAMSAH ou d’une place en Foyer d’Accueil Médicalisé.

et doivent être en possession d’un avis d’orientation F.A.M et de SAMSAH.

2017 : l’établissement est autorisé à augmenter sa capacité de médecine qui passe de 9 à 12 lits en janvier puis à 14 en octobre et enfin à 18 en décembre. En parallèle, 20 lits d’EHPAD permanents sont supprimés. 


Nos offres d’emploi >
Le groupe recrute des professionnels...
Un hôpital certifié >
Portage de repas à domicile >
Du lundi au dimanche
Accueil   Contact   Mentions légales   Plan du site   La Compagnie Hyperactive